La sélection Prix du Public Cultura 2016 – Partie 3/4

Troisième vague de présentation des titres parmi lesquels nous proposons d’élire votre Prix du Public Cultura 2016 avec : 

L'arabe du futur 2

L’Arabe du futur Tome 2 – Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985) – Riad Sattouf

Après avoir reçu le fauve d’or du prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 2015 pour l’Arabe du Futur – une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) – tome 1, Riad Sattouf revient avec un tome 2 tout aussi passionnant.

Dans ce second opus, Riad Sattouf, né d’un père syrien et d’une mère bretonne, raconte avec humour sa première année d’école en Syrie de 1984 à 1985.

Il y retranscrit ses souvenirs d’émotions, d’ambiances, d’odeurs, de couleurs et de tensions dans une narration nourrie par des dessins riches en détails et de nombreuses anecdotes. Il décrit le quotidien d’une famille sous la dictature d’Hafez Al-Assad : ses débuts dans la langue arabe, la rudesse de la vie paysanne et de l’école, le marché noir à Homs… et sa volonté de plaire à son père et de s’intégrer malgré ses cheveux blonds et ses vacances en France chez sa mère.

Letter 44

Letter 44 Tome 1 – Vitesse de libération – Charles Soule & Alberto Jiménez Alburquerque

 Alors que Stephen Blades, tout juste élu 44ème président des États-Unis pensait résoudre les problèmes de guerre et d’économie dans son pays, Francis T. Carroll, son prédécesseur lui laisse une lettre qui va chambouler son destin.

Depuis 7 ans, la NASA a découvert l’existence d’une construction extraterrestre entre Mars et Jupiter.

Pour éviter un conflit inter-galactique, un vaisseau d’observation, «Le Clarke», est parti depuis 3 ans avec un équipage de 9 personnes à bord. Le terme de leur voyage est imminent… que vont-ils trouver ?

Avec Letter 44 tome 1 – Vitesse de libération, Charles Soule soulève des questions sur l’humanité et s’intéresse aux interactions humaines. Il alterne ici science-fiction et thriller politique dans une histoire énigmatique et captivante qui se déroule simultanément dans l’espace et aux USA.

Murderabilia

Murderabilia – Alvaro Ortiz

 Murderabilia est un mot valise formé à partir du mot latin «memorabilia» qui désigne le souvenir, et du mot anglais «murder» qui signifie meurtre, pour désigner les objets en lien avec des tueurs en série.

Ce terme évoque à lui seul le côté sombre et décalé de l’œuvre d’Alvaro Ortiz.

Malmö Rodriguez, un jeune écrivain en devenir, habite chez ses parents qu’il déteste. Alors que son oncle décède d’un infarctus, il hérite de ses deux chats noirs qu’un homme mystérieux est prêt à lui acheter. Après avoir accepté le marché et qu’il part livrer les chats, une rencontre va bouleverser son existence.

L’intrigue bien menée est construite autour des thèmes d’un polar classique : la rancœur, la vengeance et le mensonge et est faite de rebondissements, de noirceur et d’humour, nuancée par une illustration aux tons chauds et aux couleurs mates et pastel.